J’ai la gâchette facile

Je crois que je suis quelqu’un de mauvais. J’ai remarqué ces derniers temps que dés que quelqu’un parlait, je l’insultais. Dans ma tête évidemment. Et il n’avait pas besoin de dire quelque chose de blessants n’y rien mais c’est comme un réflexe. Bon après y a les fois où, et ça c’est dans l’sang, j’vois quelque chose qui me déplaît, même si en soit c’est rien de mal, PAW, prend toi ça dans la gueule, et va s’y que j’l'étale. Pour le premier symptôme, c’est de la faute des autres. Je côtoie des types assez différents de personnes et parmi eux, y en a qui te sorte des « Ta mère » à bout d’champs, sans raisons, juste comme ça, à force ça m’ai resté dans la tête, c’est comme la cigarette, j’essaie d’arrêter, mais faut reconnaître que les variantes qu’on peut faire son vachement amusante, et puis tu l’penses, pas tu vois, c’est une maladie j’te dis, c’est malgré toi, une addiction. Pour ma défense j’ai étais la dernière atteinte. A peine qu’il avait lâché le « Ta mère » que d’autres amies, avec un « -e » cette fois, se sont mises à le ressortir, pendant que moi je me battais avec Dark Vador et Voldemort en même temps, la nicotine ! Après plusieurs moins d’abstention, parce que très impolie envers le mère, j’ai craqué. Faut dire que j’avais le cafard, envie de butter tout l’monde, de m’acheter des fringues et de manger un truc nouveaux. Alors c’est sortie tout seul.

« -Qu’est-ce que nous avons en commun avec Luca ?

-Sa mère. »

Là ça parait anodin. Mais une fois utilisé le « Ta mère » reste. Et tu le sors à tout pour toute les occasion, pour rien…

« -Le changement, c’est maintenant !

-Le changement d’ta mère ? »

« -Mais c’est pas l’anniversaire de Untel aujourd’hui ?

-Ouais, ou alors c’est l’anniversaire de sa mère. »

Bon, j’ai dit « insulte » alors, il m’arrive de dire plus que « Ta mère », mais vous êtes pas la pour lire des vulgarités. Vous les connaissez déjà.

Le deuxième symptôme, je l’ai depuis la naissance. J’aime pas les jeunes (14-16 ans) qui font un cul d’poule avec leur bouche, putain c’que j’ai envie de les éclaté, qui se la joue sexy, qui se prennent pas pour de la merde, ça veux dire c’que ça veux dire. Et quand je tombe sur leur blog. Je… commente. Avec mes propres mots.

On a pas encore inventé le patch anti-vulgarité, et je crois que je le serais toujours un peu, deux mois à s’entraîner à utiliser « Purée » et « Punaise » plutôt que « Putain » pour rien, mais je vais tenter de me stopper un peu, même si c’est toujours drôles ces petites réflexions à moi même qui en sorte, parce qu’en plus j’ai rien contre les mamans au contraire. Alors voilà ; à toutes les mamans déjà, vous sentez pas vexé ou rien, je m’excuse à chaque fois ! C’est pas contre vous, et de toute façon, finalement ce n’est rien de très insultant pour vous (« L’anniversaire de sa mère » c’est pas méchant). Et maintenant à moi même ; va falloir te calmer ! Et te trouver une autre insulte.

(Évidemment tout cela est à prendre au second degrés. Oh. J’ai pas la bouche sale, j’veux dire, je m’exprime correctement. Je ne passe pas mon temps à cracher des insanités. Que ce soit clair)

 

Ennuyeusement.

Mots-clefs :,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

lestextesdelo |
journaldunenullipare |
anonymegirl58 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | motsapropos
| 408joursavecmaflammejumelle
| journalduneame